Case prison pour Léon Bertrand

Retour en prison pour Léon BERTRAND ! C'est la décision de la Cour d'Appel de Basse-Terre qui a pris cet arrêt ce mardi matin dans l'affaire de corruption et de favoritisme dans laquelle était poursuivi l'ancien Ministre du Tourisme, ancien Député-Maire de St Laurent du Maroni et Président de la Communauté des Communes de l'Ouest Guyanais.
 
Léon Bertrand a été condamné plus sévèrement qu'en première instance.Il écope cette fois de 3 ans ferme d'emprisonnement avec mandat de dépôt à l'audience contre 2 ans dont 4 mois avec sursis simple précédemment.
Il avait d'abord été jugé le 4 juillet 2013 par le Tribunal Correctionnel du TGI de Fort-de-France puis il avait interjeté appel devant la cour d'appel de Fort-de-France qui avait pris un arrêt le 2 octobre 2014.
 
80 000 euros d'amende à verser 
Arrêt qui avait été cassé par la cour de cassation de Paris pour être rejugé cette fois par la cour d'appel de Basse-Terre.
L'amende reste la même : 80.000 euros à verser ! Par contre, sa privation des droits civils, civiques et de famille augmente également, passant de 2 à 3 ans.
Avec la mandat de dépôt à l'audience prononcé, le prévenu peut donc tout de suite être interpellé et incarcéré.
Léon BERTRAND a 5 jours pour se pourvoir en cassation devant la Cour de Cassation de Paris.
Rappelons que les faits pour lesquels l'ancien élu politique était poursuivi remontaient aux années 2003 à 2009.
Léon BERTRAND qui est actuellement en Guyane n'était pas présent à l'audience lorsque l'arrêt a été rendu.
Rien ne l'y obligeait. L'homme ira t-il en cassation ou va t-il accepter ce dernier jugement.
Affaire à suivre...
 
( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...

La mamie violée obtient justice

Dans l'affaire du viol d'une femme de 74 ans, la j...