Administrator

Administrator

Ce matin s'est ouvert devant la cour d'assises de Basse-Terre le procès de Miguel Celestine. L'homme est poursuivi pour meurtre.Le 9 novembre 2014, aux Abymes, à la sortie d'une soirée " bouyon", très arrosée, il a eu une altercation avec Menelik Henry porteur d'un fusil, qu'il a frappé d'un coup de couteau mortel.Incarcéré depuis les faits, il doit répondre, aujourd'hui et demain, des accusations portées contre lui.

Un homme sans histoire apparente. Un casier judiciaire vierge. Une vie jusque là préservée de la violence et de la délinquance. Inconnu des services de police et de justice.Jusqu' à ce matin du 9 novembre 2014. Jusqu'à ce coup de couteau mortel.
Une arme qu' il portait en permanence sur lui et qu' il a sorti ce jour là pour frapper et pour tuer. Il nie cette volonté et la regrette profondément tout en reconnaissant le tort qu'il avait eu de se munir d' une arme dangereuse.
Il reconnaît son erreur et admet que le seul fait de porter sur soi une arme peut conduire à s' en servir.
Miguel Celestine, originaire et résidant aux Abymes, âgé de 33 ans, scolarisé jusqu' en classe de seconde, travaillant depuis 10 ans, avant les faits, dans une entreprise, père de 3 enfants, avait-il besoin de se retrouver dans une telle situation ? Certainement pas.
Le jour des faits, il n'était pas directement concerné par une bagarre qui avait éclaté entre la victime et une des connaissances de l' accusé.
Il a voulu s' interposer mais il s' est finalement retrouvé à devoir faire face à un homme armé d' un fusil avec peut-être l'intention de s' en servir.
Un affrontement s' en est suivi et celui qui est dépeint comme pacifique, serviable et protecteur a estimé devoir se défendre face à une menace et répliquer.
Une réplique estimée disproportionnée par l' accusation d' où son placement en détention depuis 29 mois et sa comparution, aujourd' hui et demain, devant la cour d' assises.

 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice)

18 ans pour assassinat et seulement 5 ans pour une complicité d'assassinat ! C'est le verdict estimé surprenant par la défense de la cour d'assises ce soir envers Denis Cocks et Peter Xavier.

"Quant on sait que juridiquement la complicité est autant coupable que l'acte en lui-même, on ne peut qu'être surpris et s'interroger sur l'écart qui existe entre les deux peines prononcées.
On ne peut pas parler ici de logique mais plutôt d'incohérence "  disaient à la sortie de l'audience les avocats des deux accusés qui avaient tous les deux plaidé collégialement la légitime-défense.
Manifestement leurs 3 heures de plaidoiries n'ont pas suffit et n'ont pas convaincu mais parallèlement ont dû créer un doute chez les jurés pour se permettre un tel écart.
En tous les cas, ce soir, ils le disaient, je cite les avocats :
"Où les deux hommes sont liés dans le crime et ils écopent d'une forte peine à la dimension de l'acte commis : on le rappelle : un meurtre avec préméditation opéré par 5 coups de feu.
Ou ils ne sont pas du tout concernés et alors ils sont mis hors de cause.
Mais culpabiliser un et y associer l'autre en leur attribuant des peines diamétralement opposées, il y a une interrogation qui suscite débat", fin de citation.
De débat, il y en aura très certainement, au moins pour Cocks car s'il est vraiment innocent, on le voit mal accepter les 18 ans.
Pour Xavier, c'est différent : seulement 5 ans. Comme il a déjà purgé 2 années; il est libérable donc faire appel quand on va sortir de prison dans quelques semaines, cela ne vaut manifestement pas la peine.

 

 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice )

Le procès de Denis Cocks et Peter Xavier, 28 ans tous les deux, s'est ouvert hier, après-midi devant la cour d'assises de Basse-Terre.Les deux hommes sont poursuivis pour meurtre.Des faits commis dans la nuit du 7 au 8 juin 2013, quartier d'Orléans à St Martin. Fait surprenant Cocks se retrouve pour la deuxième fois de l'année devant les assises ! 


La victime, Odelmo Williams, originaire de St Kitts, a été abattu de 4 à 5 balles, dont plusieurs mortelles, tirées d'un pistolet.Un crime au parfum de règlement de comptes.
Denis Cocks et Peter Xavier reprochant à la victime des faits criminels précédents dans lesquels il aurait été impliqué, soit comme auteur, soit comme co-auteur.
Qui sont les deux hommes assis dans le boxe jusqu'à mercredi ?

Un des accusés, détenu dans une autre affaire

Xavier, qui n'avait jamais fait parlé de lui jusqu'alors, détient un casier judiciaire vierge. Il a vécu à la Dominique, auprès de sa grand-mère jusqu'à l'âge de 16 ans.
Le moment qu'il choisit pour rejoindre, de façon clandestine, sa mère installée à St Martin.
Célibataire, issu d'une famille de 6 enfants, il est père d'un petit garçon, aujourd'hui âgé de 3 ans ; il a été scolarisé jusqu'à l'âge de 17 ans sans obtenir le moindre diplôme. Il a occupé différents emplois dans le bâtiment, mais toujours sans être déclaré.

Denis Cocks n'est pas inconnu de la cour d'assises de Basse-Terre, puisqu'il a été condamné en première instance par le jury populaire, dans l'affaire du meurtre de son cousin le 10 mars dernier ( voir notre article) Il a été élevé dès sa naissance par sa mère; son père l'ayant abandonné. Il est, lui aussi, issu d'une famille de 6 enfants.
Scolarisé jusqu'au Bac pro sans l'obtenir, il a travaillé dans la maçonnerie puis comme plagiste.
Père de 2 enfants d'une précédente liaison, il était en couple lorsqu'il a été interpellé.
Deux accusés sur lesquels reposent de forts soupçons de responsabilité dans la mort d'Odelmo Williams ce soir de juin 2013 à St Martin.
Des faits qui auraient été anticipés, d'où l' aggravation de la préméditation.
Pour l'accusation, C'est Denis Cocks l'auteur des coups de feu. Peter Xavier l'ayant assisté.Ce qui conduit à ce que le 1er soit poursuivi pour assassinat et le second pour complicité d'assassinat.

Le verdict est attendu demain.

 

(Avec Pierre Emmanuel )

Le saviez-vous ? Sous certaines conditions, si le tribunal n'a pas supprimé ses droits civiques, un prisonnier peut exercer son droit de vote soit par procuration soit par une permission de sortir. Eclairage

Le droit de vote pour un prisonnier, se perd uniquement si le tribunal a supprimé ses droits civiques. Cette incapacité débute lorsque la condamnation est définitive, c'est-à-dire lorsque les voies de recours (appel, cassation, etc.) sont épuisées ou quand les délais de recours ont expirés.

Le détenu en détention provisoire peut voter

On parle de détention provisoire lorsque la condamnation n'est pas définitive. Dans ce cas, une personne écrouée peut très bien exercer son droit de vote. La seule solution étant le vote par procuration. En effet, une personne en détention provisoire ne peut pas bénéficier de permission de sortir.

Elle doit s'adresser au greffe de la prison pour qu'un officier de police vienne établir la procuration,qu'il produise un extrait du registre d'écrou pour justifier de l'incapacité à se rendre à un bureau de vote.

La validité de la procuration est limitée à une seule élection sauf exception.

Dans quel cas peut-il obtenir une permission de sortir pour le vote ?

Le détenu peut obtenir auprès du juge d'application des peines une permission de sortir d'une journée pour aller voter :s'il a été condamné à une peine de prison inférieure ou égale à 5 ans,s'il a exécuté la moitié de sa peine si celle-ci était supérieure à 5 ans.

Le lieu de vote (et donc la commune où doit être inscrit le détenu) dépend du temps de détention :

- S'il est détenu depuis plus de 6 mois dans la même prison, le détenu devra voter dans la commune où se trouve cette prison,
- S'il est détenu depuis moins de 6 mois dans la même prison, Le détenu pourra voter dans sa commune d'origine,
- Si au cours de la même peine, le détenu a changé de prison, il pourra voter dans le dernier établissement fréquenté pendant plus de 6 mois.

 

 

( Source www.service-public.fr )

Face à la surpopulation carcérale et ce malgré les alertes de l'OIP (Observatoire International des Prisons), la majorité des candidats à l'élection présidentielle de ce week-end, proposent de nouvelles places en prison.

En France, 69 430 personnes sont détenus. Ce constat alarmant, l'est encore plus en Outre-Mer, puisque plus de 5000 personnes y sont incarcérées. Chez nous, en Guadeloupe le nombre de détenus du centre pénitentiaire de Baie-Mahault s'élève à 524 pour une capacité de 265 individus !

A la veille du scrutin du 1er tour des Présidentielles de 2017, voyons ce que proposent les candidats.

Augmentation des places en prison

Sur 11 candidats, 5 suggèrent la création de nouvelles places en détention. Marine Le Pen (FN) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) visent 40.000 places en cinq ans. François Fillon (LR) propose 16.000 nouvelles cellules, contre 15.000 pour Emmanuel Macron (En Marche !) et 10.000 pour Jacques Cheminade. Une position déjà adoptée par les précédents gouvernements ces vingt-cinq dernières années au cours desquelles 30.000 nouvelles places ont été créées.

La Priorité à la réinsertion

Benoît Hamon (PS) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et François Asselineau se disent en faveur de la réinsertion. Le socialiste plaide pour une amélioration de la préparation à la réinsertion et de la prévention de la récidive en donnant plus de moyens aux services pénitentiaires d’insertion et de probation (Spip). Il souhaite également qu’une unité de vie familiale et des bureaux de vote soient installés dans les prisons.

Des propositions proches de celles de Mélenchon en faveur de la dignité humaine. Le candidat veut recruter 2.000 agents pénitentiaires pour les escortes de détenus et promet de rénover les prisons.

Si Emmanuel Macron s’est dit en faveur de la construction de 15.000 nouvelles places en prison, le programme du candidat d’En Marche ! évoque également la « création d’une agence des mesures alternatives à l’incarcération », « l’augmentation des moyens des SPIP » et la rénovation des prisons les plus vétustes du territoire.

 

 

(Avec 20 minutes)

 

Parce que rédiger un bail, accéder à la propriété ou encore partager ses biens lors d'un divorce peuvent se révéler être un véritable casse-tête, les notaires de France ont créé la plateforme internet Notaviz. Un site web traitant de questions pratiques et juridiques.

Vous y retrouverez des sujets tels que " la création d'entreprise, les prix de l'immobilier, détenir des biens à l'étranger, optimiser son patrimoine, hériter, louer, vendre etc ". Des outils pratiques permettent également de préparer un bail, anticiper sa succession mais aussi simuler des frais immobiliers ou Prêt à taux zéro (PTZ). En somme, un outil juridique gratuit,  indispensable, et à porter de clic !

 

 

 

 

 

.

 

En Dorgogne, un détenu incarcéré pour des faits de violences conjuguales, a profité d'une permission de sortie, pour prendre un vol direct vers l'île de la Réunion. Ses motifs ? Se rapprocher de ses deux enfants qui résident là-bas, depuis quelques mois.

Une fois sur l'île, le détenu s'est tout de suite rendu dans le commissariat de police le plus proche ! Jugé en comparution immédiate jeudi dernier, il a écopé de 4 mois ferme, alors qu'il ne lui restait que 10 mois de prison à purger !

C'est désormais au juge d'application des peines de Saint-Denis de la Réunion, de décider, si l'homme restera emprisonné sur l'île.

Sombre affaire de moeurs au lycée agricole de Baie-Mahault! Hier, un professeur de Zootechnie a été condamné, par le tribunal correctionnel de Pointe-A-Pitre,  à une peine de 12 mois de prison assortis du sursis ainsi qu'une interdiction stricte d'exercer toute activité avec des mineurs. L'homme de 59 ans aurait harcélé sexuellement ses élèves en tenant des propos tendancieux. Le ministère public avait requis 12 mois d'emprisonnement.

C'est en 2015, que la justice se penche rééllement sur cette affaire suite à des dénonciations d'un journal étudiant Rebelle. Après une enquête minitieuse, les autorités découvrent le comportement plus que déplacé, du fonctionnaire. Ce dernier sévissait depuis 1998 et aurait même menacé ses élèves!

 

 

 

 

 

.

En plein week-end, un surveillant pénitentiaire Guadeloupéen de la prison de Fresnes a été sauvagement agressé par trois anciens prisonniers aux abords de sa résidence.

Le surveillant s'est vu signifié 21 jours d'Incapacité Totale de Travail suite à des blessures aux visages, des dents cassés et des douleurs aux vertèbres.

D'après l'enquête du parquet de Créteil, le Guadeloupéen nettoyait sa voiture quand les anciens détenus ont surgit devant lui. Ils auraient également essayé de l'enlever, sans succès, grâce au secours d'un voisin.

 

Le verdict est tombé, en fin d'après-midi, ce mardi, devant la cour d'assises de Basse-Terre. Diedus Metellus a été reconnu coupable du meurtre de Faustin Defrance commis le soir du 20 décembre 2014 et condamné à la peine de 14 années de réclusion criminelle.Tout juste un an de moins que les réquisitions de l'avocat général.

On aurait pu penser que les 60 ans de l'accusé auraient pu atténuer la peine.
Il n'en a rien été.
Le jury a suivi les réquisitions de l'avocat général qui avait réclamé 15 ans en condamnant Diedus Metellus à la peine de 14 années de réclusion criminelle.
L'intention d'homicide volontaire a été privilégiée par rapport aux violences volontaires ayant entrainées la mort sans intention de la donner.
Deux thèses qui tout au long des débats sur 2 jours se sont affrontées en opposant : arguments contre arguments.
Celle des parties civiles a alimentée celle de l'accusation qui ont toute les deux mis l'accent sur les témoins des faits relatant un homme armé face à un autre désarmé.
Un homme agressif et violent face à un autre diminué et pacifique.
Des éléments défavorables à l'accusé, en dépit de son âge et de son casier judiciaire vierge.
C'est probablement grâce à ce dernier état de fait et cette virginité jusque là reconnue qui a dû jouer en faveur de Diedus Metellus pour qu'il ne soit pas réclamé une peine plus sévère et qu'il n'obtienne finalement que 14 ans.
L'accusé a déjà purgé plus de deux ans derrière les barreaux.
Rien ne justifie dès lors un appel d'autant qu'avec le jeu des remises de peine, s'il se tient bien en détention, il pourrait retrouver la liberté d'ici 5 à 6 ans.

 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice )

Vidéos

Inscrivez-vous à la newsletter !

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

10 ans pour 5 coups de parpaings mortels

Josette Cyanee a été reconnue coupab...

Affaire Cyanee : Mort pour une délimitat…

Ce matin, s'est ouvert, devant la cour d'assises d...

8 ans ferme pour viol sur son ex copine

Gino Belair 44 ans, a été reconnu co...

Bière mortelle : verdict nuancé

10 années de réclusion criminelle po...