Le verdict de l'affaire Forbin vient tout juste de tomber! Le récidiviste écope de 15 années de réclusion criminelle. 

 15 ans, c'est le verdict prononcé, il y a quelques instants, par la cour d'assises de Basse-Terre, à l'encontre d'Iréné Forbin. L'homme a été reconnu coupable d'homicide volontaire sur la personne de Léonard Flatter, commis dans la nuit du 14 au 15 août 2014, à Pointe-à-Pitre.

Un retour en prison où il a déjà passé un long temps de son existence pour avoir déja été condamné à 16 reprises. 

C'est donc, ce midi, sa 17e condamnation. Plus sévère qu'en 2010 après avoir tué quelqu'un d'autre en 2008. Toujours pour des futilités et toujours par arme blanche. Un couteau que Forbin aimait à porter sur lui et qui démontre la dangerosité d'une arme portée sur soi. 

Cette fois, ni les violences volontaires ayant entraînées la mort sans intention de la donner, ni la légitime-défense n'ont trouvé de place au rang des arguments du jury qui les a rejeté tels qu'ils avaient été développés par la défense. Une défense qui n'avait pas le choix et qui a joué au tout ou rien. 

Ce midi, c'est rien, si ce n'est une confirmation de l'accusation de meurtre reconnue, validée et sanctionnée avec un quantum de peine qui reste une moyenne aucx assises observée, notamment en 2016. 

15 ans, c'est tout de même beaucoup moins que les 23 à 25 ans requis par l'avocat général qui avait beaucoup insisté dans ses réquisitions sur le caractère dangereux de l'accusés récidiviste. 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice) 
 

 

10 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Mandy Castelneau et Mike Adequilon. Nous l'avons attendu ce verdict, et ce pendant près de 4H ! " tchimbé rèd, fos é koutaj " ont scandé kéros-N et les autres sympathisants de Sainte-Rose, venus en nombre, supporter les 2 chanteurs du groupe Russi-La. 

Les deux comparses étaient soupconnés de « Tentative d'homicide » sur trois gendarmes blessés par des plombs ayant entraînés des ITT allant jusqu'à 45 jours. Mais aussi d'avoir tenté de tuer des civils qui se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment, ce jour du 27 novembre 2013 à Sainte-Rose. 

« DE QUI SE MOQUE T'ON » 

« On tire sur des gendarmes comme des lapins sur tout le corps et c'est uniquement grâce aux gilets et aux casques qu'il n'y a pas eu assassinat! Nous on a pas de loi, je m'en fou du procureur, on vole, on viole et on braque déclarait Castelneau aux forces de l'ordre. De qui se moque t'on? Ces deux là étaient tout le temps ensemble dans le crime ! » S'offusquait Me Alain Rothe l'avocat des parties civiles. Un avocat déçu du verdict qui n'a souhaité faire aucun commentaires. Et pour cause, Castelneau et Adequilon se sont vus condamnés par les jurés, uniquement pour les violences commises envers les civils. Ils ont donc littéralement balayés les réquisitions de l'avocat de la société qui réclamait une peine de 20 ans. Les deux comparses ont donc été acquittés du chef d'accusation de « Tentative d'homicide sur dépositaires de l'ordre public ». Le fameux guet-apens n'a donc pas non plus été prouvé. 

PAS DE PREUVES MATERIELLES 

C'est en effet, la défense acérée de Me Gladys Démocrite et Me Frédéric Jean-Marie, les représentants respectifs de Mandy Castelneau et Mike Adequilon, qui a semé le doute dans les esprits des jurés. 

« C'est un dossier trafiqué! pas d'empreintes, pas d'ADN! On a des ADN masculins sur les cartouches mais ils ne correspondent pas! Pourquoi n'avons nous pas recherché à qui appartiennent ces traces ? » S'interrogeait le défenseur de Miky Ding La. 

Pour l'heure nous ne savons pas si les accusés feront appel de la décision les condamnant, ce jour, à 10 ans ferme. 

 

  1. Derniers articles
  2. Commentaires