Vol de télé : 18 ans de prison

La cour d'assises de Basse-Terre a tranché en faveur des réquisitions de 18 à 20 ans demandées pour l'accusé José Patay : 18 ans ferme pour assassinat et tentatives d'assassinat. 

18 ans de réclusion, soit le minimum des réquisitions de l'avocat général qui avait réclamé une peine de 18 à 20 ans. C'est le verdict, ce soir, de la cour d'assises de Basse-Terre à l'encontre de José Patay qui a tout de même vu les qualifications criminelles portées contre lui s'atténuer.
Poursuivi initialement pour assassinat et double tentative d'assassinat, c'est finalement pour assassinat et double tentative de meurtre qu'il a été condamné. Une atténuation de la qualification qui a probablement contribuer, également, à atténuer sa peine, dans la mesure ou dans les deux cas de figure, assassinat et tentatives, il encourait la peine maximale de la réclusion criminelle à perpétuité.
José Patay a paru très abattu au moment du verdict même s'il savait, pour en avoir pris conscience, que la gravité de ses actes, leur répétition, leur pluralité et les conséquences qui en découlaient ne pouvaient échapper à une lourde sanction qui dénote la réponse que doit apporter la justice en de telles circonstances.
Dur à encaisser quand on sait que c'est la résultante d'un vol de téléviseur qui en est la cause.
Petite cause grands effets. De quoi donner à réfléchir à ceux qui n'accordent pas d'importance à l'essentiel et préfèrent se perdre dans des futilités bassement matérielles, comme l'avait soulevé dans ses réquisitions le Ministère Public pour condamner la perte d'une vie humaine et les blessures profondes de deux autres personnes.
 
(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice) 

 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...