15 ans ferme pour le meurtre de son oncle

La cour d'assises de Basse-Terre a condamné Morgan Pierre-Justin à une peine de 15 ans d'emprisonnement. Le jeune homme de 27 ans est reconnu coupable du meurtre de son oncle Christian Boudchiaran.

15 ans requis, 15 ans obtenus! C'est le verdict de la cour d'assises de Basse-Terre à l'encontre de Morgan Pierre-Justin. Le 22 février 2015, à Sainte-Anne, Morgan avait lardé mortellement, de treize coups de coutelas dont trois à la tête et un au thorax son oncle âgé de 56 ans. Il avait ensuite camouflé le corps avant de s'enfuir. Pourquoi un tel achernement ? 

Un accusé toxicomane et violent 

Pour mieux comprendre ce drame familial il faut remonter à l'année 2015. Morgan Pierre-Justin est alcoolique, toxicomane et rejeté par sa famille. Sans emploi fixe et sans domicile, il dormait depuis un mois chez son oncle. Un homme docile et généreux. Sauf que l'accusé est insupportable! Le soir des faits, une violente dispute oppose les deux hommes. Le neveu, plus jeune de 20 ans prend le dessus sur son aîné et le frappe mortellement. 

Les faits achevés, le jeune homme décide de nettoyer les lieux du drame; une case en tôle, sans eau ni électricité, et avant d'organiser une funeste démarche de camouflage du corps dans un fossé en contrebas, avec des pierres et des feuillages. Sans se douter, d'une part que les proches de la victimes s'inquiéteront de sa disparition et que d'autre part, l'odeur de la décomposition avancée du corps finira par émerger. C'est ce qui arrive quatre jours après les faits !

Du côté des parties civiles, on s'est dit à la fois satisfait et soulagé. 

Maître Grégory GUYARD : "c'est un verdict juste et équilibré qui a tenu compte de la gravité des faits. Les parties civiles sont satisfaites et soulagées. Justice leur a été rendue et l'accusé devra assumer la responsabilité de ses actes".
 La défense, regrette que la peine prononcée ne soit pas allée en deçà des réquisitions formulées.
Maître Sandra ADONIS-NAVARIN : "Je regrette que le cas et la situation, au moment des faits, de mon client n'aient pas été, à mon avis, suffisamment pris en compte. Je pense que la consommation excessive d'alcool et de produits stupéfiants ont beaucoup influé sur le comportement d'un accusé qui a été débordé par une colère aveugle."
(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...