Fusillade Funéraire : Premier jour de procès

Le procès des accusés de la fusillade funéraire survenue en 2013 à Baie-Mahault a débuté ce matin. Les jurés de la cour d'assises de Basse-Terre auront jusqu'à jeudi pour juger cette sordide affaire. 

« Violences avec arme, préméditation et violences en réunion ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente ». Voici les chefs d'accusation retenues à l'encontre de Raphaël Maes, Jacky Pallot et Tatiana Gappu. 

Pour bien comprendre les faits, il faut remonter dans la nuit du 20 au 21 mai 2013 dans le quartier de Fond-Richer à Baie-Mahault. Lors d'une veillée funéraire des tirs de calibre 12 avaient blessé 19 personnes. Parmi elles, une adolescente perdait un oeil, un homme la vue et une jeune femme l'usage de ses cordes vocales. Les motifs de ce carnage ? Une rivalité de plus entre les gangs chiens la ri et section krim. 

DEUX AU LIEU DE TROIS DANS LE BOX 

Est-ce parce qu'elle sait risquer très peu dans cette affaire où elle aurait été embarquée à son insu que Tatiana Gappu, désormais domiciliée en métropole, ne s'est présentée ce matin à l'audience du procès pour lequel elle a été convoquée?

Libre sous contrôle judiciaire depuis le 21 janvier 2015, elle n'a pas fait un seul jour de détention, au contraire des deux autres co-accusés. Elle sera, tout de même, jugée par défaut. 

Jacky Pallot est détenu depuis cette même date, tout comme Raphaël Maes. 

Eux, ils sont bien là, distants de quelques mètres dans un boxe surveillé de 4 policiers. Manifestement, ils ne s'aiment pas et ça se sent lorsqu'on les entend comme ce matin où chacun a donné sa version. 

Si Maes a accepté de parler de lui, Pallot, lui, a refusé! Jusqu'à ce que l'on entende un des témoins de ce matin : son ex petite-amie qui l'a traitée de tous les noms pour dire qu'il était, notamment, violent, menteur, prétentieux...

Là, il n'a pas résisté... Il s'est lâché pour lui répondre à ton tour et dire qu'elle aurait bien profité de son bizness, de ses mauvaises fréquentations et nombreux vols, entre autres! 

On l'a compris, dans ce dossier, nous sommes face à des accusés au double visage. Leur casier judiciaire est bien etoffé avec pour chacun d'eux 14 condamnations! 

 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice

 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires