Tirs sur 3 gendarmes :1er jour de procès

Malgré un début de procès tardif, le chanteur de Dancehall et Bouyon Miky Ding La (de son vrai nom Mike Adequilon) et son comparse Mandy Castelneau ont été entendus à tour de rôle ce lundi après-midi. Les deux amis ont étalé leur personnalité, leur choix mais aussi leur coups durs devant la cour d'Assises de Basse-Terre. Victime du système ou encore du milieu dangereux de la musique underground ? Ils ont exposé le récit de leur vie. 

On a eu chaud ce lundi après-midi à la cour d'Assises de Basse-Terre. Et pour cause, l'absence d'un juré a donné bien des sueurs froides aux magistrats. 

15H30. Le juré pointe enfin le bout de son nez au tribunal. S'en suit l'entrée des deux accusés. Mike Adequilon ( alias Miky Ding La) et Mandy Castelneau s'installent dans le box des accusés. Une chose est sûre, ils n'ont pas l'air serein, la fatigue se lit même sur leur visage. Un peu normal pour deux jeunes âgés respectivement de 31 et 26 ans suspectés de « Tentative de meurtre et d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique ». Mais que s'est-il réellement passé ce mercredi 27 novembre 2013 aux alentours de 18H à Sainte-Rose? 

DESCRIPTIF DES FAITS 

Même si nous en saurons beaucoup plus demain, la présidente Véronique Jauvion s'est attelée à une première lecture des faits. Il en résulte que des individus alcoolisés et sous stupéfiants dérangeaient le voisinage de la cité Légitimus située à Viard (Sainte-Rose), par des tirs intempestifs. Alertés, les gendarmes, sur place, essuyaient un premier jet de projectiles par un individu identifié comme étant Mandy Castelneau. Revenu en renfort avec 4 véhicules, les gendarmes présents sur les lieux se retrouvaient piéger dans une véritable embuscade. S'approchant de Castelneau, trois gendarmes se retrouvaient blesser par des coups de feu tirés de l'autre côté de la rue. Après les tirs, Mandy Castelneau narguait les gendarmes en faisant des pompes au milieu de la rue puis un rodéo avec le scooter de Mike Adequilon. Des témoins reconnaissaient formellement Adequilon et Castelneau. 

Interpellé, Mike Adequilon niait les faits se décrivant comme un médiateur dans la cité. Mandy Castelneau réfutait également en bloc. 

« J'EVOLUE DANS UN MILIEU OÙ LA JALOUSIE REGNE »  

Interrogé par le juge sur son parcours, Miky Ding La raconte « J'ai été elevé par ma mère. J'ai suivi une formation en boulangerie avant de partir en France pour me consacrer à la musique. J'évolue dans un milieu où la jalousie règne. » Celui qui purge actuellement une peine de 5 ans pour son agression sur le chanteur de dancehall Saïk possède un casier judiciaire faisant état de 5 condamnations. « Je n'ai pas poignardé l'individu, il y a beaucoup de jeunes dans la musique et je me retrouve dans des situations parfois compliquées.»
 
« LE LIEU OÙ J'HABITAIS GENERAIT LA DELINQUANCE » 
 
Mandy Castelneau déclare avoir vécu dans un quartier chaud qui « Générait la délinquance». 8 fois condamnés, l'accusé qui clame son innocence affirme « Avoir payé pour ses crimes ». Et de rajouter « Je ne suis pas un monstre, je suis un humain, je veux juste me réinsérer et voir mes enfants grandir.» 
La journée de demain s'annonce riche. Les auditions des témoins et des experts viendront compléter l'énoncé des faits avant le verdict de mercredi.

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

De jeunes braqueurs en herbe

Le procès pour braquage prévu de se ...

Le tireur des Abymes condamné.

Hier, Audrey John  a été condam...

Le tireur des Abymes à la barre

Audray John comparaît depuis ce matin, devan...

Double acquittement aux assises

Coup de tonnerre, hier soir, devant la cour d'assi...