Affaire Panol : Il y avait-il volonté de tuer Terence ?

Au 3e jour du procès de Dominique Panol, poursuivi pour le meurtre de son fils, commis le 10 mai 2013, l'étau se referme sur l'artiste.
La déposition, ce matin, de l'expert en balistique est venue confirmer le tir de près, 70 centimètres du corps de la victime, dans un espace vital qui lui a été fatal.
Un fait qui peut s'avérer déterminant au moment du délibéré lorsqu'il s'agira de déterminer la volonté ou pas de tuer. Les explications de Pierre Emmanuel.
 
UN RAPPORT BALISTIQUE ACCABLANT
L'éteau se referme sur Dominique Panol. L'arme qu'il a utilisé le 10 mai 2013 pour tuer son fils est entrain de se retourner contre lui.
Ce matin, l'expert en balistique est venu confirmer sa dangerosité, accentuée par la proximité du tir : 70 centimètres de la victime, atteinte qui plus est dans une partie vitale du corps.
Un débat s'est instauré dès lors sur la volonté ou pas de tuer; et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a débat.
Un débat qui ne semble pas, pour l'instant, favorable à l'accusé d'autant qu'un doute est venu s'installer sur la possession réelle d'un coutelas dans les mains de Térence.
Ce qui n'est pas, pour le moment, avéré.
L'audition du médecin légiste apportera, cet après-midi, un éclairage supplémentaire.
Un éclairage scientifique qui s'ajoutera à celui très technique, ce matin, de la balistique.
Deux rapports d'experts qui complèteront, également cet après-midi, le témoignage, très attendu, du principal témoin, l'aide ménagère, présente dans la maison au moment du drame et qui doit être également entendue sur ce qu'elle sait ou sur ce qu'elle a vu.

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires