Perpétuité pour le prédateur Elie Kancel

Pérpétuité. C'est la peine retenue hier par le jury populaire de la cour d'assises de Basse-Terre, à l'encontre de Elie Kancel, multi récidiviste, poursuivi pour viols et agressions sexuelles, séquestrations et menaces, le tout avec arme.
Le Ministère public et la cour a tenu compte du passé criminel de l'accusé pour requérir une peine qui protège la société.

PERPETUITE POUR UN PREDATEUR

Comme il fallait s'y attendre, l'avocat général n'est pas allé avec "le dos de cuillère".Il a requis la réclusion criminelle à perpétuité pour Elie Kancel. Il a été suivi complètement par le jury populaire.
Multi récidiviste, 30 années de sévices, plus de 15 victimes, 5 fois condamnés par 4 juridictions différentes, 13 années de détention déjà purgées, le palmarès de celui qui est assis depuis lundi dans le box est très fourni et très évocateur des ravages qu'il a pu commettre.
Des condamnations à 12 et 15 années de réclusion, prononcées par 2 compositions de jury de cour d'assises précédentes.
Elie Kancel est un danger permanent pour la société. Il faut l'en éloigner... pour très longtemps. Le temps d'un purgatoire repenti et assumé.
Albert Cantinol est puissant et précis dans ses propos.Le protecteur de la société, représentant le Ministère Public, va jusqu'au bout de son raisonnement et de sa logique implacable.
Dans un registre démonstratif, argumenté, développé, l'avocat général a souligné le respect et la dignité de la femme qui avait été souillé par un bourreau des corps qui s'était pris pour un conquérant des cœurs.
Hier soir, le prédateur est retourné purger une longue peine en prison.

( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice )

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...