Affaire Dagonia : Colin est-il impliqué?

Devant la cour d'assises de Basse-Terre, on est au 2e jour du procès de Joyni Colin poursuivi pour le meurtre de Ludovic Dagonia commis le 26 avril 2008 au Lamentin et pour les vols à mains armées de plusieurs véhicules réalisés durant ce même mois à Pointe-à-Pitre, Jarry et Baie-Mahault.L'accusé nie toujours les faits qui lui sont reprochés.
En dépit des éléments qui pèsent sur lui et de la condamnation prononcée en première instance en novembre 2015 à 18 années de réclusion criminelle

L'accusé nie les faits de meurtre et de braquage

"Je n'y suis pour rien. Je n'étais pas là. Il s'agit de mensonges". Joyni Rolph Colin continue de clamer son innocence.
Pour l'encourager, son avocate, Gladys Democrite, renchérit, "mon client a été accusé sur des rumeurs et ce qui pèse sur lui, ce sont des soupçons qui n'en font pas des preuves; il n'y a rien de concret, de matériel, de confirmé et de consolidé dans les accusations à l'encontre de Joyni Colin".
Et pourtant, l'accusation représenté pour le Ministère Public en la personne de l'avocat général, Albert Cantinol est ferme et déterminée.
Les charges qui pèsent sur Joyni Colin, et notamment les écoutes téléphoniques et les aveux de deux des complices des faits incriminés dont un est décédé et l'autre en prison, pour avoir été condamné à 15 années de réclusion et ne pas avoir fait appel, comme Colin, sont suffisantes pour accuser ce dernier du meurtre de Ludovic Dagonia et des vols à mains armées perpétrés en avril 2008.
Des accusations dont sont également convaincues les deux avocats des parties civiles, maîtres Nerome et Erosie.
Rappelons que les faits remontent à il y a maintenant 9 ans, que Joyni Colin a d'abord effectué 11 mois de détention préventive, du 2 avril au 16 octobre 2012.
Que le procès devant la cour d'assises s'est ensuite tenu en novembre 2015 et que l'accusé d'aujourd'hui s'était vu attribuer 18 années de réclusion mais avait été remis en liberté 4 mois plus tard, sous contrôle judiciaire, après avoir interjeté appel.
Un statut eu égard à la garantie de représentation qu'il offrait.
Que depuis, il a refait sa vie et travaille... mais que tout cela n'enlève rien aux accusations portées contre lui et qui doivent être démontrées, cette fois devant plus 6 mais 9 jurés populaires et toujours 3 magistrats professionnels.

 

( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice )

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Prison ferme pour les frères Laurent

18 ans de réclusion criminelle pour Pascal ...

Huit clos obtenu dans le procès des frèr…

Le huit clos a été prononcé, ...

Viols et massages douteux : Gambi G et s…

Les frères Laurent n'en ont pas fini avec l...

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...