Une jambe amputée pour un soupçon de vol de vélo!

C'est une affaire de violences avec arme ayant entrainées une infirmité permanente qui jugée depuis ce matin et ce jusqu'à demain soir devant la cour d'assises de Basse-Terre.
Dans le box de l'accusation, Ken Birmingham, un abymien de 23 ans, à qui il est reproché d'avoir fait feu, à plusieurs reprises, dans la nuit du 5 au 6 octobre 2015, sur Kenny Louemba.Tirs qui ont sectionné la jambe droite de la victime.

Tout part d'un vol de vélo pour se terminer ensuite dans un bain de sang. Résultat de ces fusillades multiples avec des tireurs pluriels, un blessé grave avec une jambe amputée.Pas de vélo de retrouvé ni d'auteur présumé d'établi.
Nous sommes dans un quartier, la cour Monbruno, à proximité de Lacroix, aux Abymes, où, semble t-il, les balles fusent avant que les mots ne sortent.
Ce soir là, plusieurs fusillades vont éclater, comme dans un western où l'on tire sur tout ce qui bouge.Là, on tire au moindre doute.
Sans preuve, sans aveu, rien que sur des soupçons, un mauvais regard, des paroles déplacées, un air de provocation qui répond à un air de défiance.
Chacun se sachant armé, c'est à celui qui va dégainer le plus vite et faire le plus de dégâts.Qu'importe, qu'à proximité, il y ait des commerces, des habitations, des résidents, des enfants...

A Lacroix, les armes parlent
La nuit appartient aux dealers, aux trafiquants, ce sont les armes qui parlent.Et il vaut mieux ne pas se trouver entre deux rafales.Car, lorsque çà tire, ce n'est pas une mais plusieurs balles qui partent.
Ce soir là, la victime, Kenny Louemba, a perdu la jambe droite. Définitivement.
Ken Birmingham le soupçonnait d'avoir été sa cible lors de tirs dont il aurait été victime sans être atteint.Lui, il a fait mouche.
Sa victime, assise sur un scooter était en position défavorable et c'était de toute évidence plus facile pour lui de l'atteindre.
Cette affaire aurait pu être correctionnalisée. Elle semblait en prendre la direction, mais la victime a refusé d'où cette présentation devant la cour d'assises.
Ce qui n'enlève rien à la gravité des faits.

 

(Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice)

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires