Meurtre à la cour Zamia

Depuis hier 3 ressortissants dominicais sont jugés pour une sombre affaire de meurtre. Un d'entre eux est en fuite.Des faits qui remontent au 31 janvier 2015, Cour Zamia, à Carénage Pointe-à-Pitre, qui avaient vu Christopher NESTOR succombé au terme de plusieurs coups de feu.Un règlement de comptes au terme d'une rixe sur fond de pouvoir de territoire, alimenté par des faits de stupéfiants et de prostitution.
 
Ils auraient dû être trois assis sur le banc des accusés... Ils ne sont que deux. Jordan MARTIN est en fuite à la Dominique.On retrouve donc Yannick JOSEPH, poursuivi pour assassinat. L'auteur présumé des coups de feu mortels.
Et Mikarel BUNCHE, l'ami de la victime chez qui il était hébergé et qui s'était déjà opposé, la veille des faits, à ses deux compatriotes, qui voulaient déjà s'en prendre à la famille de Christopher NESTOR.
Un 31 janvier 2015 resté dans les esprit d'une famille qui a perdu l'aîné de ses enfants et a vu sa maison cribler de balles et dont une partie des survivants assistent au procès.
 
 Un complice toujours en fuite
Yannick JOSEPH sera le seul des deux accusés pour assassinat à devoir s'expliquer aujourd'hui sur les faits qui le conduisent depuis le 3 février 2015 à être incarcéré.
Son complice, Jordan MARTIN est toujours en fuite à la Dominique.Le pays d'origine des deux accusés.
Et comme il n'existe pas d'accord de coopération judiciaire entre la Dominique et la France pour livrer des personnes fautives d'un crime commis sur le territoire étranger de l'auteur des faits, celui ci peut toujours couler de belles années chez lui.
Il sera tout de même jugé par défaut.
Selon l'accusation et des témoins des faits, Yannick JOSEPH serait l'auteur des coups de feu mortels. Aussi bien avec l'arme de point qu'avec le fusil à canon scié.
Il est par conséquent dans une très mauvaise posture et si les faits pour lesquels il est poursuivi sont confirmés, il encourt la peine maximale de la réclusion criminelle à perpétuité.
Soupçonné d'appartenir à un groupe armé de la communauté dominicaise, en situation irrégulière, qui semait le trouble et tentait de s' accaparer un territoire miné par la drogue et la prostitution, il aura fort à faire pour expliquer la violence dont il est accusé d'avoir fait preuve ce jour là par des tirs nourris d'abord sur la victime, puis sur la maison de la famille de celle ci et ensuite sur les policiers qui le pourchassaient.
Quant à Mikarel BUNCHE, son tort aura été d'utiliser également une arme à feu, la veille des faits, contre ses compatriotes, même sans les atteindre, qui voulaient déjà s'en prendre à la famille guadeloupéenne qui l'hébergeait.  
Il est évident que les charges qui pèsent sur lui sont nettement moindres.
Reste à évaluer l'influence que ces tirs ont pu avoir dans la suite des évènements.
( Pierre EMMANUEL pour Guadeloupe Justice ) 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...