Soirée bouyon sanglante : 15 à 18 ans requis

L'avocat général a requis des peines de 15 à 18 années de réclusion criminelle à l'encontre des 3 jeunes assis dans le box depuis hier, incriminés dans l'homicide volontaire de Willy Unimon survenu en juillet 2014 à Grand Camp aux Abymes lors d'une soirée bouyon.La défense est actuellement entrain de plaider.Quels ont été les arguments développés par le Ministère Public ?
 
 
Albert Cantinol n'a pas fait de différence. Il a associé les 3 accusés dans le meurtre de Willy Unimon.
Co-auteurs, co-responsables, co-accusés, co-coupables. C'est ainsi qu'il faut traduire des réquisitions de 15 à 18 ans pour chacun des 3 jeunes assis dans le box, depuis hier.
Dimitri Auréla, Anthony Gélasse et Luidgy Mékel. Le premier a déjà purgé plus de 30 mois de détention préventive. Les deux autres sont en prison depuis 15 mois.
Puisque personne ne veut avouer et assumer, alors, tout le monde est concerné et impliqué.  
L'avocat général a bien sûr insisté, lors de ses réquisitions, sur la pluralité des auteurs : 3 contre 1. Il a également rappelé que tous les 3 étaient armés. L'un d'un fusil de chasse de calibre 12 : Auréla. Un second d'une arme de poing : Mékel. Et le 3e d'un couteau : Gélasse.
3 armes qui ont été toutes les 3 utilisées en direction et à l'encontre de la victime qui bien que ce ne soit pas une excuse était en état d'ébriété avancée pour avoir 2,7 grammes d'alcool dans le sang et consommé du cannabis.
Un état second, diminué, probablement incontrôlable et en possession d'une bouteille à la main... mais en net état d'infériorité tant par le nombre que par la dangerosité de l'individu comme des moyens utilisés.
Une pluralité, une dangerosité, un état d'esprit, qui ne plaident pas en faveur des 3 accusés, qui en plus d'avoir agressé la victime ne lui ont pas porté ensuite secours lorsqu'elle s'est vidée de son sang et s'est écroulée sur place, agonisant de longues minutes avant de succomber.
Les 3 agresseurs se sont, en effet, enfuis.
Un acte qui là encore jouent en leur défaveur et que n'a pas manqué de rappeler l'accusation.
La défense depuis plusieurs heures et encore pour certaines a fort à faire donc pour déjouer ce lourd pronostic de condamnation requis et pour lequel nous serons définitivement fixés demain dans la journée.
 
( Pierre EMMANUEL pour Guadeloupe Justice ) 
 
 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...