Les agresseurs de sapeurs-pompiers condamnés et emprisonnés

La Justice s'est montrée ferme cet après-midi en condamnant les violences exercées et les menaces proférées dans la nuit de samedi à dimanche par deux jeunes de 27 et 24 ans sur un sapeur pompier du Centre de Première Intervention de Capesterre Belle-Eau, au sein même de la caserne. Ils écopent de 10 et 6 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt à l'audience. Ils dormiront ce soir en prison. La constitution de partie civile de la victime et du SDIS a été reconnue. 
 
DES PEINES FERMES ET MANDAT DE DEPOT A L AUDIENCE
 
On ne touche pas un Sapeur Pompier et on ne menace pas un policier dans l'exercice de leurs fonctions respectives.
C'est la réponse ce soir du Tribunal Correctionnel de Basse-Terre dans l'affaire impliquant deux jeunes Capesterriens qui avaient pourtant sollicité l'aide des soldats du feu pour venir au secours de l'un d'eux, blessé par ses propres moyens.
Les 3 magistrats professionnels ont suivi partiellement les réquisitions du Procureur de la République qui avait réclamé 16 et 8 mois de prison ferme.
La fermeté y est, tout de même. Elle est assortie d'un mandat de dépôt à l'audience, ce qui signifie que dès ce soir, les deux hommes au casier judiciaire bien fourni d'une dizaine de condamnations dorment en prison.
Dans ses réquisitions, le Parquet a dénoncé fortement que ces deux jeunes se soient crû autorisés de défier l'ordre public et d'agresser, dans leur propre caserne, des personnes qui leur portaient secours, qui plus est à leur demande.
Une excitation dû en partie à une forte consommation d'alcool qui ne pouvait être considérée, cependant, comme une circonstance atténuante, mais plutôt aggravante.
Le Procureur a, par ailleurs, salué le professionnalisme des 5 sapeurs pompiers et des 2 policiers en service cette nuit là qui ont tout fait pour que les évènements ne dégénèrent pas et a félicité ces derniers pour leur sang froid et leur lucidité de même que pour leur courage et leur sens du devoir.
Du côté de la défense, on a veinement tenté d'atténuer les faits mais leur gravité était telle qu'elle n'a  pas réussi à obtenir la clémence souhaitée du sursis et d'une mise à l'épreuve d'autant que les 2 individus avaient déjà eu à de multiples reprises l'occasion de changer de comportement et d'améliorer leur quotidien.
 
 
( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice ) 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...

La mamie violée obtient justice

Dans l'affaire du viol d'une femme de 74 ans, la j...