Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un sapeur pompier dans l'exercice de ses fonctions, a été agressé, au sein même de sa caserne, à Capesterre Belle-Eau, par un individu en état d'ébriété. Le soldat du feu a été blessé à la tête et à un bras qui ont nécessité son transfert à l'hôpital par ses collègues. C'est tout un corps, aujourd'hui, qui est traumatisé par cette nouvelle agression dont la justice s'est saisie.
C'est désormais à la justice d'apporter des réponses à l'agression dont a été victime, dans la nuit de samedi à dimanche, un sapeur pompier volontaire, exerçant depuis environ deux ans au Centre de Première Intervention de Capesterre Belle-Eau.
Hier, la victime, blessée à la tête et à un bras, qui avait du subir des soins au CHBT, a déposé plainte, avec constitution de partie civile, contre son agresseur tout comme l'a fait le Service Départemental d'Incendie et de Secours. 
Ce n'est pas la première fois que les soldats du feu sont pris à partie dans l'exercice de leurs fonctions, y compris dans cette caserne où les équipes successives, régulièrement sollicitées, font un travail remarquable, en dépit de leur faible effectif.
Ils n'étaient que 5 au moment des faits. 
Mais cette fois, l'agresseur a commis son acte au sein même de la caserne alors que les collègues du professionnel portaient secours à un ami de cet agresseur qui venait d'être sérieusement blessé à un bras et pour lequel une plaie ouverte avait entrainé une forte hémorragie nécessitant la pose, d'abord, d'un point de compression puis de quatre compresses américaines.
Manifestement en état d'ébriété, l'agresseur n'a pas apprécié que l'un des sapeurs récupère une chaise qui venait d'être cassée, de colère, par l'un des deux individus, et s'en est violement emparée avant de la lancer brutalement sur le secouriste.
Alertés, deux policiers du commissariat se sont ensuite logiquement présentés à la caserne; mais l'arrivée de ces derniers a attisé la fureur des agresseurs qui ne se sont pas gênés pour bousculer les deux fonctionnaires.
Rejoints à l'aide d'un véhicule par trois autres de leurs camarades, la bande a ensuite pris la fuite pour conduire d'elle même leur camarade blessé à l'hôpital.
Une fuite que l'un d'entre eux a assorti de menace de mort aussi bien en direction des sapeurs pompiers que des policiers.
Agression, violences, voie de fait et menaces, autant d'éléments dont devront désormais répondre leurs auteurs présumés.
( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice ) 

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...