Le nouveau Directeur de la maison d'arrêt de Basse-Terre félicitant un des 11 derniers détenus lauréats au PSC1. Le nouveau Directeur de la maison d'arrêt de Basse-Terre félicitant un des 11 derniers détenus lauréats au PSC1.

Secourisme : la prison forme ses pensionnaires

On ne perd pas toujours son temps en prison... Parfois, on peut l'occuper intelligemment. Depuis deux ans, certains détenus l'ont très compris. Ils se forment à l'apprentissage et à la maîtrise des premiers gestes de secours et de survie.


Grâce un programme initié par le Procureur de la République de Basse-Terre et un partenariat entre le milieu judiciaire, celui de la détention et le Centre de Formation aux Métiers de l'Eau, du Sauvetage et du Secourisme, du Cercle des Nageurs de la Région de Basse-Terre, (CNRBT), à raison de 3 sessions par année, ils sont une quarantaine de détenus à avoir suivi une formation au PSC1 (Premiers Secours Civiques de Niveau 1).
7 heures durant lesquelles, sur 2 demies journées, le même jour, de 8H à 12H et de 14H à 17H, sous l'autorité de formateurs du CNRBT, les détenus, sélectionnés ou volontaires, présentant un minimum de garantie de séreux et de responsabilité, les appelés s'engagent dans un circuit multiple qui leur offre la possibilité de progresser et d'améliorer leurs connaissances, aussi bien dans le domaine du secourisme que du sauvetage aquatique.

Des détenus libérés par des gestes qui sauvent

En effet, le programme proposé par le CNRBT aux détenus de la maison d'arrêt de Basse-Terre ne se limite pas au PSC1.
Il s'étend aux PSE1 et 2 (Premiers Secours en Equipe de Niveau 1 et 2) de même qu'à la préparation à devenir formateur.
3 degrés de formation en secourisme, mais également 3 niveaux en sauvetage.
Le CNRBT donne la possibilité, en accord avec le service pénitentiaire et le Parquet de Basse-Terre, à ces détenus volontaires la possibilité d'étendre et d'étoffer leur rayon d'intervention également dans le domaine aquatique.
Les détenus peuvent de ce fait suivre des préparations au BSB (Brevet de Surveillant de Baignade), au BNSSA (Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) et au BPJEPSAAN, Brevet Professionnel des Activités de la Natation.
Des acquisitions gratifiantes qui intègrent le dossier judiciaire des détenus et qui peut leur permettre d'obtenir des facilités de libération conditionnelle et des réductions de peines.
Autant dire que le "jeu en vaut la chandelle".
Ce partenariat est appelé à se poursuivre s'étoffer puisque tous les acteurs : Ministère de la Justice, Parquet de Basse-Terre, Maison d'arrêt de Basse-Terre, Service de Prévention et de détention, CNRBT... tous sont d'accord pour reconnaître les bienfaits des acquisitions offertes par un programme cohérent et valorisant qui va dans l'esprit de faciliter l'insertion ou la réinsertion des délinquants qui à un moment de leur vie ont dévié.

 

( Pierre Emmanuel pour Guadeloupe Justice )

Laissez un commentaire

  1. Derniers articles
  2. Commentaires

Cour d'assises des mineurs : viol au lyc…

Hier, s'est ouvert, à Basse-Terre, de...

Les agresseurs de sapeurs-pompiers conda…

La Justice s'est montrée ferme cet apr&egra...

Agression sapeurs-pompiers : comparution…

L'agression subit, dans la nuit de samedi &...

Un pompier agressé dans sa caserne

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un...